Version PDF Imprimer cette page

Revendications FO INSA-Rennes

 

SNPREES-FO Intervention au Comité National des 24 & 25 mars  2015

                               INSA    Hervé Camilleri


 

 I / Passage aux RCE et retombées sur le Personnel

Voici quelques conséquences dûes au  passage aux RCE en 2015 dans certains établissements d’enseignement supérieur (Universités et Grandes Ecoles).

Les RCE ont comme outil principal «  la gestion de la masse salariale » ceci est un vrai fléau pour les personnels. En voici certains détails concrets :

1-      Contrat à durée déterminée : pour une dizaine de contrats depuis septembre 2013 , c’est la fin des contractuels en CDD.

2- La mutualisation de 2 services :service hébergement et service nettoyage et un seul et même futur chef de service embauché en remplacement d’un départ  en détachement et d’un départ en retraite.

3-Changement de Fonctionnement :  Au service  STI ,( service technique immobilier) les personnels de catégorie C auront désormais un référent responsable encadrement de catégorie B. Ces nouveaux encadrants auront désormais la charge de faire passer leur entretien professionnel à leurs «  camarades de catégorie C ! Avec ce que cela entrainera d’inconfortable dans les futures relations professionnelles. Auparavant c’était de la responsabilité de leur chef de service. Ils ont d’ailleurs des primes d’encadrement administratif ou une NBI pour ce travail !

4- Conditions de travail :  Les personnels de nettoyage doivent désormais remettre leurs clés de bâtiments le soir et les reprendre le matin, paramètre de sécurité.

 Les agents de nettoyage doivent désormais travailler «  autrement »  , c’est-à-dire,  de trouver un créneau horaire quotidien afin de pouvoir remplacer certains agents en arrêt non-remplacés.

 Modification horaire : Certains personnels à temps partiel 90 %  commençaient leur travail le mercredi depuis des années à 6heures . Cela leur permettait de finir à 11heures et de récupérer leurs enfants. Ceux-ci sont désormais obligés de commencer à 7 heures et de payer une partie de garderie ou alors de se mettre à 80 % c’est-à-dire de perdre 10%.

Les RCE c’est aussi et surtout l’abaissement de budget de plusieurs services essentiels comme le CRI : - 50000 euros , la Formation – 40000, la bibliothèque – 30000.

Pour le CRI Centre Informatique, cela se traduit par les arrêts des contrats en CDD

Pour le service des formations c’est la diminution ou la suspension des stages ou de préparation à nos concours professionnels. Et la diminution du nombre de stagiaires. Coût moyen 250 euros / stagiaire.

Pour les bibliothèques c’est la diminution du nombre d’ heures payées aux moniteurs étudiants le soir, et donc la conséquence directe d’obligation de service aux personnels titulaires. Cette obligation de finir à 18 , 19 h ou plus entraine désormais ( des frais supplémentaires de garderie d’enfant, ou des complications de transports, hors horaires classiques, ou des problèmes sur la santé ).

Restaurant ou autres bâtiments anciens recevant du public : Ces structures vieillissantes ( 30 ans ou plus )demandent désormais des frais importants de rénovation en relation avec la sécurité des personnels qu’il reçoit. Et ceci coûte de plus en plus cher tant et si bien qu’on pose le problème de garder ou non un service restauration. Service social s’il en est ! Afin de préserver ce service, il a fallu faire des concessions.

Fermer le samedi donc plus d’endroit où les hébergés peuvent se restaurer à moindre coût.

Augmenter les tickets repas indice supérieur à 600.

Supprimer le fromage et créer une sandwicherie…

Tout ceci entraîne une morosité qui est devenue de rigueur. Et la rigueur est en train de devenir une référence qu’il faut à tout prix combattre !

II / BIBLIOTHEQUE / Austérité , morosité et nouvelle gestion:

 RCE , Clientélisme, concurrence, objectifs, décalage , des fonctions , nouveau régime indemnitaire RIFSEEP, restriction, sont désormais du vocabulaire commun dans le langage de nos supérieurs et plus grave encore, de certains syndicats que le Snprees-FO condamne et condamnera toujours ! En voici des exemples divers :

Dans certains établissements Français :

 1 - Volonté de vouloir supprimer ou diminuer la valeur du «  bon de vêtements « des magasiniers qui est une reconnaissance du faible salaire.

2- Blocage des primes IAT : depuis des années nous nous battons pour demander une revalorisation de la prime d’Indemnité Administration et Technicité surtout au vu des fonctions nouvelles…

3- De plus en plus la reconnaissance d’un agent ne passe plus par l’objectivité de son travail accompli (son savoir faire ), mais par son savoir être( critère subjectif ) , comme si un bon salarié est embauché en priorité pour être quelqu’un d’affable, de souriant ,  avec son chef ou avec ses collaborateurs. Nous en tant syndicat il nous paraît essentiel que le salarié doit être jugé en priorité sur sa compétence dans ses fonctions «  statutaires «  et si en plus il est aimable et souriant alors tant mieux ! Mais cela ne doit être en aucun cas un paramètre essentiel à une quelconque promotion.

4- Décalage des fonctions : De plus en plus, la politique générale vise à demander aux personnels d’exécuter des fonctions statutaires du corps supérieur.

Voici pour les magasiniers, les diverses fonctions statutaires c’est-à-dire officielles dans leur statut :

Permanence au bureau des transactions : prêts et retours . Inscriptions des usagers. Equipements des collections : estampillage , étiquetage.  Classement et mise à disposition au public des divers documents et collections. Surveillance des salles. Reprographie des articles demandés par le service du PEB . 

Et voici ce que les supérieurs demandent aujourd’hui de plus en plus aux magasiniers dans certains établissements : Le traitement documentaire fonctions statutaires des catégories B développé ci-dessous.

Faire, le Bulletinage. Le PEB . Le catalogage, l’exemplarisation dans le Sudoc catalogue national  et l’Opac catalogue local, tâches qui sont statutaires des ex Bibliothécaires adjointes, aujourd’hui BAS et même pour certaines des tâches de bibliothécaire ! 

Les Bibas quand à elles sont sollicitées pour des tâches du corps supérieur A bibliothécaires et Conservateur pour les acquisitions , la gestion du budget…

En ce moment c’est d’ailleurs le mouvement des promotions et dans l’entretien on vous fait comprendre que l’acceptation de ces fonctions est une condition siné-quanonne ( vérifier ). Pour le moment, bien entendu les promotions ne sont pas liées à ces fonctions effectuées.

D’autre-part , on ne peut que constater que le paysage général des promotions en bibliothèque est réduit à peau de chagrin. Ceci même s‘ il est une toute petite amélioration des quotas de passage en 2015. Ce ne sera certes pas suffisant au regard du nombre des agents concernés : en chiffre proposés et proposables.

Enfin, les promotions ne doivent pas concerner seulement les magasiniers effectuant les tâches de Bibas mais bien tous les magasiniers qui sont proposables !

Nouvelle précision de l’aveu même de nos supérieurs l’Ancienneté n’est plus un critère prioritaire pour la promotion. Mais alors que deviennent  les personnels qui ne font que leurs fonctions statutaires stricto-sensu ?

Nouvelle gestion des personnels : On demande désormais aux agents qui posent leurs congés de trouver leurs remplacements pour leur longue journée ou autre créneau horaire exceptionnel.  Sinon le responsable ne signe pas la feuille de congés !

Et récemment la défense pour un agent que l’on voulait contraindre à travailler plus tard le soir à cause d’une baisse du budget de service afin de garder l’amplitude horaire . Un bras de fer qui durait depuis 8 mois entre l’agent et son supérieur hiérarchique ( vous pouvez imaginer la relation et la santé de l’agent concerné).

A l’appel de cet agent 2 responsables nationaux sont intervenus auprès de la direction et ce problème fut réglé en 2 réunions.

En fait, au bout du bout , nous ne sommes pas dupes, les personnels doivent être divisés et pour cela la mise en concurrence est un outil idéal. La volonté des responsables d’universités et autres établissements d’enseignement supérieur et à tout prix éviter un bloc de résistance afin de faire passer dans les établissements toutes les réformes . Et pour cela on crée des CT, des groupes de travail , des réunions et on sollicite de plus en plus les syndicats afin de les emmener à voter pour ces réformes. Pour FO le vote «  contre «  est le seul permettant de freiner un peu ces paramètres destructeurs.

Les Acquis s’envolent : le passage des cotisations de 37’5 annuités à 40, 41,42………

Les créations COMUES regroupement d’Universités et mutualisations des services.

 La destruction du Statut national d’Agent d’Etat par exemple en créant des postes en CDI au lieu de poste de «  Titulaire « !

 

A tout cela, une seule réponse , l’action syndicale collective mais

aussi la Défense  individuelle.