Version PDF Imprimer cette page

Personnels contractuels et Précaires

 

Personnels Contractuels et Précaires

De moins en moins de fonctionnaires titulaires dans nos établissements.

La Privatisation des Universités est en marche.

 

Le Statut Général de la Fonction Publique prévoit qu’à tout besoin permanent doit correspondre un emploi de fonctionnaire.

Depuis des années l’État bafoue la loi en recrutant par milliers des contractuels pour des besoins permanents. Après le protocole Perben, le plan de titularisation Sapin, les contractuels représentent toujours de 20 à 30 % des effectifs dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) le gouvernement accélère sa politique de suppressions de postes par le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite.

La LRU qui donne aux universités la gestion de leur masse salariale, qui autorise le recours aux intérimaires, les contrats de droit privé, le recours aux entreprises privées pour assurer les tâches qu’exercent des personnels titulaires principalement de catégorie C, va encore accentuer le nombre de personnels en situation précaire.

Ces mesures ne prépareraient-elles pas la privatisation des universités ?

Poser la question c’est déjà y répondre ! Force Ouvrière se prononce contre le remplacement des fonctionnaires d’État par des contractuels fussent-ils à durée indéterminée.

 

Titularisation des contractuels !

Arrêt des suppressions de postes !

Création de tous les emplois statutaires nécessaires.

 

Force Ouvrière défendra les contractuels qui sont de plus en plus exploités, pour améliorer leurs conditions de travail.

 

Un vrai statut pour tous : celui de FONCTIONNAIRE

Pas un seul LICENCIEMENT

TITULARISATION de tous les précaires.

 

Réunion d’information

jeudi 22 octobre 2009 de 14h00 à 16h, salle de réunion du bâtiment 8 du Campus de Beaulieu

 

Les revendications du SNPREES-FO

 

 

Plus de 30 % de non titulaires dans les Universités !

Un vrai statut : celui de fonctionnaire d’État

Pas un seul licenciement, garantie de réemploi

Titularisation de tous les précaires

 

Titularisation des contractuels

Le Statut Général de la Fonction Publique prévoit qu’« à tout besoin permanent doit correspondre un emploi de fonctionnaire » (loi de 1983). Non seulement l’Etat ne respecte pas sa propre légalité, mais la loi LRU, en application de la « Réforme Générale des Politiques Publiques » (RGPP), permet de remplacer les postes de fonctionnaires par des CDD ou CDI. La ministre incite les universités à externaliser le maximum de personnels de catégorie C. Ces mesures préparent la privatisation des universités.

FO se prononce contre le remplacement des fonctionnaires d’Etat par des contractuels, pour la titularisation des non-titulaires

  • Annulation des suppressions de postes de titulaires,

  • Titularisation, avec la création de tous les emplois statutaires nécessaires

 

 

Le SNPREES-FO agira dans l’unité et l’efficacité sur ses revendications. FO est intervenu et a obtenu dans certaines universités, à Lyon 1, St Étienne et Clermont 1 : « Le renouvellement et la prolongation des contrats 10 mois en 12 mois, l’obtention de plan de résorption et stabilisation des précaires (titularisation ou passage en CDI)… ». Ces dispositions doivent être étendues à toutes les Universités

 

Pour des contrats décents pour les contractuels : des droits et garanties

  • - Abandon des « contrats 10 mois », pas d’interruption dans les contrats, reconduction des CDD, qu’ils soient sur budget d’Université ou gagés sur poste d’État

  • - Pas de salaire d’embauche à moins de 120 % du SMIC (principe de la fonction Public)

  • - Reconnaissance de la qualification et des diplômes dans le classement indiciaire d’embauche, progression indiciaire en fonction de l’ancienneté

  • - Le nouveau « contrat doctoral unique » pour les thésards leur fait perdre les garanties des contrats d’ATER et de moniteurs : ils peuvent être utilisés pour supprimer des postes de titulaires BIATOS comme des emplois de contractuels : retour aux anciens contrats, maintien des garanties dans les nouveaux contrats.

 

NON à la baisse des retraites et à l’augmentation des cotisations prévues par la réforme de l’IRCANTEC

 

Pour tous les salariés, Force Ouvrière exige une véritable revalorisation des salaires, la défense de la protection sociale et des retraites.